• May 30, 2024

Pilou Pilou – New Caledonia’s Pilou Pilou

Pilou Pilou homme danse ronde du peuple kanak, est un rituel traditionnel qui raconte une histoire de leur vie et est exécuté lors des mariages et des naissances.

La danse est un mouvement circulaire autour d’un poteau ou d’un arbre, parfois pendant des heures à la fois et consiste à sauter sur un pied tout en piétinant l’autre. Il est exécuté avec une paille tenue dans les mains qui se balance et émet un son “sh-sh-sh” lorsque les danseurs bougent.

En Nouvelle-Calédonie, le pilou-pilou est une danse cérémonielle qui raconte les histoires du peuple kanak. Qu’il s’agisse d’une naissance, d’un mariage ou de l’arrivée de missionnaires, la danse a une portée symbolique très puissante.

Il est exécuté par les hommes du village. Ils dansent sous des bannières et des médaillons. La danse de transe est considérée comme un signe de leur force spirituelle.

Traditionnellement, il est exécuté lors des cérémonies kanak et aurait ses origines dans la période précoloniale. Au milieu du XXe siècle, les autorités coloniales françaises ont interdit la danse car elles craignaient les transes dans lesquelles les danseurs entreraient pendant celle-ci.

Aujourd’hui, il fait toujours partie de la culture kanak et est un rituel populaire lors des mariages et autres cérémonies. Il s’agit d’une « danse ronde » où de nombreuses personnes se déplacent ensemble et les danseurs atteignent parfois un état de transe.

La danse se fait généralement devant une foule nombreuse. Pendant la cérémonie, une chanson est jouée. On dit que lorsque la chanson atteint un certain tempo, tous les danseurs se mettent à crier à l’unisson. Les cris sont très forts et souvent accompagnés de sifflements.

En classe, nous faisons l’expérience de la danse et essayons d’imaginer à quoi cela pourrait ressembler. C’est une façon amusante de faire connaissance avec le peuple kanak, sa culture et sa musique.

C’est un excellent exemple du patrimoine culturel kanak et de son évolution au fil du temps, à travers différentes générations. C’est une partie très intéressante et importante de la culture kanak que nous devons préserver et transmettre aux générations futures.

Cela nous rappelle aussi que nous ne sommes pas seuls au monde ! Nous faisons tous partie d’une vaste communauté et ne devrions jamais l’oublier.

Il y a beaucoup de choses que nous pouvons faire pour nous protéger et protéger notre famille. Essayons de nous rappeler de faire ce que nous pouvons pour nous entraider.

De plus, nous devrions essayer d’être reconnaissants pour ce que nous avons et ne pas tenir les choses pour acquises. Par exemple, nous devrions être reconnaissants du fait que nous vivons dans un monde où nous avons de l’électricité et de l’eau potable à boire.

Nous devrions également être reconnaissants d’avoir un système de transport moderne. Par exemple, nous devrions être reconnaissants pour les voitures et les avions qui facilitent grandement les déplacements.

Nous devrions également être reconnaissants du fait qu’il existe de nombreux endroits à visiter dans ce monde. Nous devrions être reconnaissants des occasions que nous avons d’apprendre sur notre histoire et nos cultures. Nous devons également être reconnaissants du fait que nos enfants peuvent découvrir leur culture et leur patrimoine dès leur plus jeune âge.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *